Capture d’écran 2016-03-06 à 21.52.37

Ce n’est pas une surprise, si vous aimez un peu ce qui se fait aujourd’hui, vous devait certainement connaitre, de nom, Metro Boomin. En effet, vous devez savoir que du haut de ses 22 ans, Metro Boomin est l’un des producteurs qui compte le plus sur la scène rap actuel. En seulement six ans, Boomin a su se faire un nom et enchainer les hits avec les meilleurs rappeurs et ça grâce à quelques signatures sonores bien à lui. Ses synthétiseurs qui affolent tout le monde et ses rythmiques assez complexes qui se voient souvent compléter par d’énormes basses et une belle palette de caisses claires apportent clairement au rap actuel un vent nouveau. Nouveau, oui mais pas vraiment…Pour les plus connaisseurs, ce n’est pas un scoop que de vous dire que la sonorité de Metro Boomin poursuit clairement l’héritage de quelques producteurs comme Shawty Redd, Lex Luger ou encore un certain Zaytoven. Le résultat de cette sonorité ? Des productions chaleureuses et en même temps assez sombres et inquiétantes qui pourraient passer, à la première écoute, pour de la trap basique assez efficace. Bref, comme ses compagnons producteur Sonny Digital, Southside ou encore TM88, Metro Bodmin participe activement à redéfinir le son d’Atlanta, l’une des scènes les plus influentes de ces 10 dernières années. Mais qui est vraiment Metro Boomin ? Découvrez un peu plus en détails la vie de celui qui se cache derrière vos morceaux préférés.

METRO-BOOMIN

‘Metro Boomin want so more…’

Natif de la petite ville de St. Louis dans le Missouri, le jeune Leland Wayne a grandi avec sa mère dans une maison assez calme et sans trop d’histoire. Passionné de musique depuis sa plus tendre enfance, Leland se met gratter quelques accords à la guitare dans un groupe composé de potes de son école. Un instrument qui peut faire craquer les filles mais qu’il lâchera rapidement, car la musique qui le fait vraiment rêver c’est celle qu’il écoute en boucle: Le rap. Loin de vouloir faire simplement des productions pour les autres, c’est, au début, dans l’unique but de s’accompagner, qu’il travail et perfectionne ses premiers beats. Comme de nombreux beatmakers, il fait l’apprentissage de FL Studio, un logiciel qu’il utilise toujours aujourd’hui et que vous connaissez très certainement. Entre FL Studio et Leland c’est une véritable histoire d’amour qui s’installe et c’est vers 13 ans qu’il abandonne définitivement le rap, pour se consacrer sérieusement au beatmaking. Ca y est, la production devient une véritable obsession et le jeune Leland passera tout son temps libre à composer, habillé d’un casque sur les oreilles et les yeux fixés sur l’écran de son ordinateur. Niveau influence, Leland Wayne est à cette époque un fan absolu de Mannie Fresh et de son travail de producteur pour Cash Money Records ainsi que les délires et la façon décontracté de démocratiser le rap d’un certain Soulja Boy. Mais pour Leland, sa véritable influence c’est le son de la scène trap d’Atlanta. Et c’est nul autre que les producteurs Zaytoven et Lex Luger, et ces rappeurs comme Gucci Mane qui feront de Leland Wayne, le Metro Boomin d’aujourd’hui.

Des influences qui donneront à Leland l’envie de partir à Atlanta afin de montrer de quoi il est capable, la seule question est de savoir quand et comment…Dès qu’il a un instant, il se mettra alors à traquer les rappeurs de la scène d’Atlanta sur les réseaux sociaux, un moyen qui finira par porter ses fruits quelques temps plus tard malgré qu’il se fera remarquer dans le milieu, comme étant ‘ce gamin qui casse les couilles à tout le monde sur Twitter‘. C’est un certain OJ Da Juiceman qui sera le premier rappeur reconnu, à poser sa voix sur une instru signée par le jeune Metro Boomin. Plus que convaincu par ses productions, Juiceman lui confira alors pas moins de 6 titres issus de son ‘Cook Muzik’ sorti en 2011, et, bonne nouvelle, il le présentera à Gucci Mane. Une rencontre qui sera sans aucun doute l’un des tournants les plus important de la vie du jeune Metro Boomin.

gucci_kobetq

Pour ceux qui ne savent pas, Gucci Mane est un véritable pilier de la scène rap d’Atlanta. Rappeur, oui, mais pas seulement…il est également dénicheur de talent, et c’est pas Waka Flocka Flame, Young Thug ou encore Young Scooter qui diront le contraire. En effet, Gucci a toujours su leur donner une belle exposition, que se soit en featuring dans l’une de ses nombreuses mixtapes ou sur son label 1017 Brick Squad. Metro Boomin profite alors de ses vacances scolaires pour passer chez Gucci et ainsi rencontrer le gratin de la scène trap. Il se retrouvera rapidement à faire des beats pour de plus en plus de monde. Il décidera de s’installer en 2012 à Atlanta pour y faire des études de commerce en parallèle de sa carrière musicale. C’est également là qu’il fera la rencontre d’un certain Future. C’est au début de l’année 2012, alors que le rappeur Future vient de sortir son premier album studio qu’il fait la rencontre du jeune Metro. Il sortiront rapidement le single ‘Hard’ qui marquera le début d’une longue et belle collaboration qui continue encore aujourd’hui. Ils sortiront, à deux, un nombre hallucinant de morceaux marquants à l’image de ‘Karate Chop’, ‘Maison Margiela’, ‘Chanel Vintage’ ou encore le plus que fameux titre ‘Honest’ qui donnera son nom à son troisième album solo. C’est seulement après l’énorme succès de ce dernier que Metro Boomin décidera de quitter la fac pour se concentrer pleinement sur sa carrière musicale, qui prendra à ce moment là une vitesse supérieure et qui l’emmènera là ou il est maintenant.

‘It helps watching a lot of rappers reactions, like watching what in a beat makes them wanna align with it. Certain things you have to watch them and see what really gets the oohs and ahhs out of them, and you come back harder with that.’ – Metro Boomin pour The Fader

future1

En Octobre 2014, Metro Boomin est le producteur exécutif de la mixtape ‘Monster’ de Future. Une mixtape mis en avant par le single ‘Commas’. Un succès qu’il le mènera un an plus tard à produire et co-produire 7 des 11 titres de l’une des meilleurs mixtapes de l’année, ‘What a Time to Be Alive’ de Drake & Future qui est sortie le 20 Septembre 2015. Metro Boomin a également servi aux côtés de DJ Esco en tant que producteur pour la mixtape ‘Purple Reign’ de Future sortie le 17 Janvier 2016. Dernièrement, il également produit quelques titres pour le dernier album de Kanye West ‘The Life Of Pablo’ comme les fameux « Father Stretch My Hands Pt. 1 », « Waves » ou encore ‘Facts’. Ce dernier a annoncé sur Twitter qu’il sera le producteur exécutif au côté de Sonny Digital pour la mixtape ‘Rookie Of The Year’ du jeune rappeur du Bronx, Carlos et qui devrait sortir en ce mois-ci. Pour moi, ce ne serait pas une grande surprise de voir quelques productions signées Metro Boomin sur l’un des albums les plus attendu de l’année: ‘Views from the 6’ de Drake.

Vous l’avez compris, Metro Boomin a un bel avenir devant lui et montre parfaitement ce que la passion peut nous faire faire. Si vous êtes convaincu d’avoir avez un certain potentiel pour n’importe quelle activité n’hésitez pas à le faire savoir ! Montrez ce que vous savez faire et peut être qu’un jour BadMood Magazine fera un Focus sur vous…Qui sait ?

BadMood Magazine

Header Photographer: Sunny Lau / Highsnobiety